Musada : ce mot vient de l'arabe et signifie entraide. En shimahorais, cela représente une convocation pour

une situation (construction d'un banga, mariage, décès...) qui nécessite une entraide.

Il faut évidemment aider pour être un jour aidé !


"Dans le cadre de vie traditionnelle, les Mahorais gèrent non leur temps mais leurs liens sociaux évalués

en termes de créance et de débit.

Concrètement, il s'agit d'apprécier justement ce que je dois et ce qu'on me doit.

Les gens sont donc amenés à passer beaucoup de temps à rendre service, faisant contracter à l'autre

une dette dont l'essentiel est précisément de ne pas être réglable immédiatement."


Extrait de : La vie quotidienne à Mayotte

de Sophie Blanchy-Daurel.

Edition : L'Harmattan.

Bienvenue  à Mayotte. Nous espérons votre navigation aussi douce que notre rythme de vie.